A la une.
preloader

Comment Sony teste ses télévisions pour l’environnement ?



Nous avons pu visiter le centre de recherche et développement européen de Stuttgart en Allemagne du constructeur japonais Sony. Le fabricant a, depuis plusieurs années maintenant, mis en place une politique globale de processus de fabrication qui veut respecter les normes en vigueur tant dans le domaine de la conception que de la destruction de ses appareils électriques et électroniques. Le centre de recherche et développement européen de Stuttgart a été créé en 2000 pour répondre aux exigences européenne en matière de technologies et de standards. Il compte 200 employés de 18 nationalités différentes. Il intègre des laboratoires de recherche et des salles de tests. Au cours de notre visite, nous avons pu voir comment les ingénieurs testaient les appareils en termes d'émissions de champs électromagnétiques et de stabilité dans des environnements d'ondes magnétiques. Les composants chimiques sont aussi étudiés.

Le nombre d’appareils électroniques et électriques ne cesse de croître aussi bien dans les milieux professionnels que domestiques. Ces produits sont toujours plus performants et plus perfectionnés. Pourtant, l’augmentation des capacités nécessite souvent une hausse des fréquences d’horloge des microprocesseurs et des composants électroniques générant un bruit à haute fréquence rayonnant émis par ces appareils. Les alimentations, les transformateurs et autres commutateurs sont également des sources qui peuvent être nuisibles.

La compatibilité électromagnétique (EMC) comprend deux aspects. Les interférences électromagnétiques et la susceptibilité électromagnétique. Dans le premier cas, ce sont les appareils qui sont émetteurs. Dans le second cas, pour correctement fonctionner, il faut que les appareils ne soient pas sensibles à d’éventuelles perturbations provenant d’autres sources. On dit qu'un produit est qualifié d'EMC (ElectroMagnetic Compatibility) lorsqu'il est capable de fonctionner dans son propre champs d'action électromagnétique de manière satisfaisante soit qu'il ne produit pas de perturbations électromagnétiques néfastes à d'autres appareils situés dans son environnement. La protection du spectre radioélectrique est réglementée en Europe. Les fabricants de matériels sont donc contraints de vérifier et si possible de tester les respects des normes en vigueur afin de pouvoir apposer le logo CE sur leurs produits. Ainsi, Sony mesure les émissions électromagnétiques générées par ses équipements électroniques dans une chambre appelée semi-anéchoïque. Nous avons pu assister à une démonstration. Ces tests sont réalisés sur des produits finis assemblées en Europe et disponibles pour le marché européen.

La chambre semi-anéchoïque dispose de murs sur lesquels sont installés des « amortisseurs » de forme pyramidale. Ils servent à identifier au mieux les niveaux d’émissions provenant des dispositifs testés. Ils permettent d’éviter les reflets des parois métalliques de protection qui entoure la chambre du reste du bâtiment. En effet, la chambre est blindée contre les autres émissions de l’environnement telles que celles générées par les réseaux de téléphonie mobile.

Afin de détecter toutes les émissions possibles, Sony utilise une table tournante sur laquelle le dispositif testé est placé. Ce dernier est paramétré pour des conditions d’utilisation normales. Les bruits sont détectés par des antennes de réception spéciales.

Attention, l'utilisation d'un mauvais câble entre deux appareils peut provoquer des résultats néfastes. Ici, les émissions sont différentes.


Page 2 : Les tests d'émissions >>

 

Partager sur les réseaux sociaux !        



  Lien permanent vers cette page