A la une.
preloader

Mark Zuckerberg tente de monter un lobby politique


Alors que Mark Zuckerberg, est un patron comblé, avec Facebook, introduit en bourse il y a quelques mois, le voilà qui tente de marcher vers une autre destination. Plutôt étonnante d’ailleurs, quand on connaît le personnage : la politique. En effet, il veut s’associer à d'autres patrons de la Silicon Valley, et aimerait tout simplement faire passer des lois permettant d'assouplir l'accession à la nationalité américaine pour les travailleurs étrangers.


Ainsi, après s’être lancé dans les réseaux sociaux avec Facebook, et même en avoir été le précurseur, mister Zuckerberg  veut donc se lancer dans la politique, catégorie lobbying. C’est en tout cas ce que laissent entendre les informations de Politico et du Wall Street Journal.

Le fondateur de Facebook participerait ainsi à la création d'un groupe de pression en compagnie d'autres personnages célèbres de l'économie numérique, et d'un de ses camarades de Harvard, Joe Green.

Le groupe a l’intention de faire passer au Congrès des lois permettant d'assouplir l'accession à la nationalité américaine. Pourquoi un tel projet ? Tout simplement pour permettre de faire venir aux USA, et par conséquent dans leurs entreprises, des cerveaux du monde entier ; un processus d'embauche qui est souvent bloqué par des procédures d'immigration contraignantes. Mais ce n’est pas tout : le groupe veut également lancer une réforme de l'éducation, et l'aide envers la recherche scientifique.

Pour cela, le groupe souhaite lever 50 millions de dollars. Selon le Wall Street Journal, Mark Zuckerberg aurait déjà engagé plusieurs millions, tout comme une douzaine d'autres patrons du secteur numérique, dont le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman.

Le futur groupe de pression a également réussi à convaincre quelques personnalités connues, comme Joe Lockhart, ex-responsable de la communication de Facebook et ancien chargé de communication de l'administration Clinton, mais aussi Rob Jesmer, ancien responsable du groupe républicain au Sénat et Jon Lerner, du Parti conservateur.

A-t-il pour autant des vues sur la présidence américaine d’ici quelques années ? Difficile à dire, mais après tout, rien n’est impossible pour le jeune homme, milliardaire… Rappelons qu’en février dernier, il avait organisé, à son domicile, une levée de fonds pour la réélection du gouverneur républicain du New Jersey, Chris Christie.

Et également permis à Barack Obama d'organiser un meeting au siège de Facebook, en Californie. Vous avez dit « ambitieux » ?

 
Partager sur les réseaux sociaux !        





0   Suivre les commentaires Flux RSS Flux RSS ou Laisser un commentaire